Accéder au contenu principal

Des nouveaux hôpitaux à Lyon

Le groupe Noalys inaugure au mois de mars l'Hôpital Privé de l'Est Lyonnais). Avec 154 lits, le HPEL sera l'un des éléments moteurs de cet ensemble d'établissements privés qui se développe autour de quatre axes forts : la maternité, la chirurgie ambulatoire, les coopérations entre hôpitaux publics et cliniques privées et aujourd'hui les établissements de proximité, de la clinique locale à la maison de retraite .


Chirurgie de proximité
Pour Noalys, une grande partie des actes chirurgicaux et des naissances peut être traitée dans la proximité, pour peu qu'il y ait localement un réseau de professionnels suffisant pour assurer le suivi et le traitement à domicile. Car pour Jean Loup Durousset, le PDG du groupe, "on oublie trop souvent que c'est le malade qui est invalide et qui a des difficultés à se déplacer, pas le médecin".
Avec la chirurgie ambulatoire, le risque d’infections nosocomiales est réduit en raison de la brièveté du séjour (une journée), le pourcentage de complications est très bas, le temps de convalescence est réduit. D'après JL Durousset, 90 % des patients sont satisfaits de ce mode de prise en charge.
La maternité et l'hôpital privé mère-enfant
La responsable du pôle maternité est
Heidi Giovacchini. Ce pôle, qui a pris le nom de Natecia, ouvre dans le huitième arrondissement de Lyon, en plein coeur du quartier hospitalier Grange Blanche, un hôpital privé Mère enfant, qui regroupera à terme plus de 300 collaborateurs sur 20000 m2. Natecia, qui est né de l'union des cliniques Champ Fleuri, Monplaisir et de la maternité Pasteur de St Priest, disposera d' un centre de psychopathologie périnatale, d'un service d' accouchement dans l’eau...

Une bonne affaire immobilière et commercialeNoalys, qui a de nombreux projets de développement, n'en est pas moins une bonne affaire immobilière et commerciale. "Le groupe avait à sa naissance l'ambition de s'intéresser aux patients situés à deux heures maximum de Lyon", indique Heidi Giovacchini. Après l'Est lyonnais et le centre ville, Noalys a eu des opportunités de développer des activités à Bourgoin Paray le Mosnial, Sallanches et Bagnols sur Cèze. Il s'agit souvent de petites cliniques qui peuvent s'associer avec les hôpitaux publics proches.
Et comme le TGV met Paris à deux heures de Lyon... le groupe a saisi d'autres possibilités de se développer dans la capitale. "Nous investissons beaucoup dans l'immobilier et au besoin nous reconstruisons totalement pour travailler dans des locaux neufs", indique Jean Loup Durousset, qui rêve à voix haute de réaliser 1% des naissances en France.

Une "success story" hors des normes.
A cinquante ans, le PDG du groupe Noalys est l'un des rares responsables de cliniques privées non issu du secteur médical. Ni médecin ni fils de médecin, c'est un gestionnaire qui a commencé dans l'alimentaire et est passé par l'industrie pétrolière avant de s'intéresser au secteur des cliniques. Titulaire d'un DEA Economie et Santé, il a maintenant l'ambition de réconcilier les secteurs publics et privés de la santé en dépassant la logique concurrentielle des deux secteurs.
Gilles Roman
Lire aussi : Clinicalland s'associe aux Hôpitaux Privés de Lyon - Economie, des raisons d'espérer -
 


Vous avez désormais la possibilité de soutenir LYonenFrance en souscrivant un abonnement de 5€ par mois :