Accéder au contenu principal

La fondation Rhône-Alpes futur : de l' argent pour la Recherche

Créée en 1988 par un groupe de banquiers, d' industriels et d' universitaires la fondation Rhône-Alpes futur "réduit la distance" entre chercheurs et financeurs.

Comme le dit Christian Seux, PDG de BD (Becton Dickinson) France, un chercheur américain trouvera toujours de l' argent pour financer ses projets. La plupart du temps , il aura d' ailleurs toujours en tête l' idée de "faire fortune" et de transformer sa recherche en "business". C' est loin d' être le cas en France où on marque toujours la différence entre la recherche fondamentale et la recherche appliquée.

Christian Seux, PDG de BD France

La fondation Rhône-Alpes futur, qui aura vingt ans cette année, a justement pour objectif de rapprocher recherche et industrie. Créée à l' origine par des industriels (BioMérieux, BD France, Sanofi-Pasteur, Merck, Roche, EdF, Aguettant) et des banques (Banque populaire, Caisse des dépôts, BNP, Paribas), elle est dotée d' un conseil scientifique et d' un groupe de décideurs.

La santé au coeur des projets de la fondation
Epilepsie, Alzheimer, sclérose en plaques, obésité, diabète, vaccinations... Les projets financés par Rhône-Alpes futur touchent pour l' instant essentiellement le domaine de la santé. Mais la fondation ne s' interdit pas un développement dans d' autres domaines où la recherche peut "apporter des réponses aux besoins d' aujourd' hui", selon les mots de son président Richard Douge.
Indépendante du pouvoir politique, la fondation se finance grâce aux dons des industriels. Elle reçoit aussi des dons et legs exonérés de droits de succession que de riches familles veulent bien consentir. Et comme elle est reconnue d' utilité publique, ces dons peuvent également faire bénéficier de réductions d' impôts (jusqu' à 75% du montant du don pour les personnes assujetties à l' Impôt de Solidarité sur la Fortune)..

Quelques projets soutenus par la fondation :

- A Lyon, l' Institut des Epilepsies de l' Enfant et de l' Adolescent (IDEE) vise à créer une structure unique en Europe pour la prise en charge de jeunes malades.

- A Grenoble, le Genopole, réseau de plateformes technologiques dans le domaine de la "génomique", bénéficie d' une structure de prospective industrielle, de communication et d' aide à la gestion.

- A Archamps, le projet Biovie et santé développe des recherches sur la longévité. Sous l' impulsion d' un franco-québecois, Tom Lapointe, elle a développé un partenariat pour financer la recherche sur la maladie d' Alzheimer. Il s 'agit de vendre dans le monde entier un jeu de stimulation de la mémoire. Au delà de l' aspect financier, ce projet vise à développer les relations intergénérationelles.

Voir le site de la fondation ici -

Tom Lapointe, PDG de TL Games, développe un jeu "de stimulation et de mémoire" pour lutter contre la maladie d' Alzheimer

Commentaires

Actuellement sur LYFtvNews :