Accéder au contenu principal

Retrouvez toutes les vidéos sélectionnées en vous abonnant à notre chaîne YouTube ! (cliquez ici)

Actuellement sur LYFtvNews :



Altekia, une nouvelle entreprise de "métrologie" incubée par Crealys

A Villeurbanne, l' incubateur Crealys, qui compte désormais plus de cent entreprises à son actif (voir article sur LYon-Economie.fr) reçoit chaque mois plusieurs dizaines de dossiers. Parmi ceux-ci, celui de la société Altekia est emblématique des capacités créatrices d'une nouvelle génération de diplomés dans les domaines des sciences et techniques.

Jean Philippe Roux (32 ans) et Jacques Weyland (42 ans) -en photo- n' avaient au départ aucune raison de se connaître, pas même de se rencontrer. L' un suivait en Allemagne des études d'ingénieur en physique, l' autre poursuivait un MBA au Canada après avoir réussi une Ecole Supérieure de Commerce.

Leur rencontre s' est déroulée à leur retour en France, au cours d' un bilan de compétences. Ils ont développé un projet et commencé la commercialisation d'une machine de mesure de très haute précision. "Robuste, fonctionnant en milieu hostile de production, c' est une machine à mesurer tridimensionnelle (MMT) classique, mais son originalité consiste en l' adaptation aux nouveaux logiciels 3D du marché" explique Jacques Weyland.

Enthousiaste, il pense que leur machine, qui est maintenant brevetée, peut intéresser les industriels de l' usinage ou par exemple les entreprises de l'aviation.

Un gain d' espace et de temps pour une très grande précision de mesure

Réduite à 300 kgs, leur unité de mesure se déplace sur le centre de production, à l' inverse des grosses machines actuelles où il faut déplacer la pièce à mesurer. D' énormes avantages pour l' industrie donc, et des brevets que les deux créateurs comptent bien "transformer" rapidement.

Grâce à Crealys, ils ont pu installer leurs bureaux près de l' INSA à Villeurbanne. Une première levée de fonds leur a permis, suite à la labellisation du pôle de compétitivité Viameca, de réunir les moyens nécessaires à la création des prototypes.

Si tout va bien, la commercialisation (internationale) pourrait commencer en 2010. Ils estiment leur marché à 10% des commandes de l'industrie mondiale en matière d' usinage, soit 300 Millions d'Euros !


LYon-Economie.fr est un site de

Commentaires

Articles les plus consultés :